Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Polyculture > Plantes aromatiques

Plantes aromatiques

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Quantification de la filière

La filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) englobe plus d’une centaine de plantes. Sur le territoire français, elle représentait 52 580 ha1 en 2016 :

• les plantes à parfum avec : 25 380 ha(1) (87 % lavandes et lavandins)

• les plantes médicinales 21 000 ha(1) (dont 62 % de pavot intégré avec contrats pharmaceutiques)

• les plantes aromatiques 6 200 ha(1) cultivés (plantes fraîches, sèches ou surgelées).

Les gros secteurs de production étant le Sud-Est (la Champagne-Ardenne pour le pavot).

(1)Panorama 2016 de la filière PPAM, FranceAgriMer (2018

Peu présente sur le territoire jusqu’alors, cette filière s’est beaucoup développée depuis les années 2010 sur l’Occitanie et l’Aude. Notamment en cause : la recherche de produits de qualité et locaux par les grossistes et consommateurs. Sur le département, les surfaces étant principalement bio, les chiffres de l’Agence Bio permettent d’illustrer l’avancée de la filière : 69 ha en 2016, 172 ha en 2018 (ha en AB et en conversion

La diversité des projets Audois

La diversité des projets se constate sur différents points :

• activité agricole principale vs activité de diversification de l’exploitation

• surface attribuée à l’atelier PPAM de quelques ares à plusieurs ha + cueillette sauvage pour certains

• nombre et type d’espèces cultivées

• transformation des plantes : herboristerie, huiles essentielles, cosmétique,

• circuits de commercialisation : courts (vente directe à la ferme, internet, marché, magasins de proximité, ..), demi-gros (acheteurs transformateurs, grossistes, ..), les deux

Une grande partie des surfaces est destinée à la culture de PPAM type méditerranéennes à l’attention d’acheteurs/grossistes : thym, lavande, origan, sarriette.

Les points travaillés régionalement et au niveau du département

Petite filière et récente sur la région, les données techniques et économiques sont peu nombreuses. Ainsi, sont notamment travaillés :

• l’acquisition de références technico-économiques (productions, transformations, …)

• le développement et la maitrise des différentes étapes de productions et de transformation (journées techniques, formations, …)

• la structuration de collectifs

• les débouchés commerciaux et la mise en relation entre acheteurs et producteurs

Contact Chambre

Margot Dulais

Conseillère spécialisée maraîchage

Tél : +33 4 68 11 79 64