Vous êtes ici : Accueil > Agroenvironnement > Eau > Gestion qualitative > Protection des captages prioritaires d’eau potable de l'Aude

Protection des captages prioritaires d’eau potable de l'Aude

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Qu’est qu’un captage prioritaire ?

Le classement des captages prioritaires résulte d’une succession de directives européennes et de lois françaises ainsi que du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) et du Grenelle de l’Environnement. Près de 34 000 captages destinés à la production d’eau potable sont recensés sur le territoire français lors de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006.

En 2009, à l’occasion de la loi « Grenelle 1 », 507 captages sont désignés comme prioritaires en France. Ce classement a lieu lorsque les pollutions excèdent régulièrement les seuils de potabilité et qu’il n’y a pas de ressources de substitution envisageables. Des sources de pollutions diverses peuvent être identifiées. Elles peuvent être issues de l’activité industrielle, des collectivités, des particuliers ou de l’activité agricole. Un diagnostic territorial est mis en œuvre pour identifier les différentes sources de pollution à l’échelle de l’aire d’alimentation du captage. Cette aire d’alimentation est définie suite à une étude hydrogéologique. L’objectif est ensuite de mettre en place et d’animer des programmes d’actions qui visent à reconquérir la qualité de la ressource en eau potable de façon durable.

Outre les captages prioritaires sur lesquels la vigilance est renforcée du fait de la non-substitution possible de la ressource, tous les captages destinés à la production d’eau potable font l’objet d’une attention particulière. Des périmètres sont définis aux abords de tous les captages afin que les pressions liées aux diverses sources de pollution soient limitées. Les prélèvements d’eau potable peuvent s’effectuer dans des eaux de surface ou des eaux souterraines. (Ci-dessous exemple de délimitation pour un captage en eau souterraine).

Où sont les captages prioritaires dans l’Aude ?

A ce jour, l’Aude compte 8 captages prioritaires répartis sur tout le territoire (Cf : Carte ci contre). Près de 195 660 ha sont concernés par une aire d’alimentation de captage prioritaire dans l’Aude soit presque d’un tiers du territoire audois. Le captage de Maquens (Carcassonne) qui alimente la ville de Carcassonne et ses alentours est le plus étendu du département avec une superficie de 175 000 ha.

Que fait la Chambre d’agriculture de l’Aude sur ces captages prioritaires et avec qui ?

Dans le cadre d’un accord avec l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse et en partenariat avec les collectivités locales maîtres d’ouvrage des captages, la Chambre d’agriculture de l’Aude contribue à l’animation des programmes d’actions sur tous les captages audois. Elle participe à l’appropriation de la problématique « captages prioritaires » par le monde agricole. Son but est d’intervenir auprès des agriculteurs concernés par des captages prioritaires et de les accompagner vers des démarches qui visent à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires afin de préserver la qualité des eaux des captages. Dans le cadre de cette animation, des journées de démonstration et de sensibilisation sont organisées, tous les agriculteurs audois sont les bienvenus lors de ces manifestations. Des formations sur l’optimisation des pratiques de désherbage font aussi partie des actions menées. La Chambre d’agriculture agit pour la limitation des pollutions diffuses mais un gros travail est également réalisé sur la limitation des pollutions ponctuelles. Des projets d’aires de lavages et de remplissages sécurisées sont accompagnés sur les secteurs les plus à risque.

L’état de nos captages depuis la mise en œuvre des programmes d’actions dans l’Aude ?

Depuis la mise en place des premiers programmes d’actions en 2012, les détections de produits phytosanitaires au-dessus des normes de potabilité se font de plus en plus rares. Un bruit de fond persiste cependant dans la plupart des captages avec une présence assez fréquente de sous-produits issus de dégradation des triazines et des métabolites de glyphosate. De manière globale, la mise en place des programmes d’actions sur les captages prioritaires audois semble bien fonctionner mais une vigilance accrue de tous les utilisateurs de produits phytosanitaires reste de mise.

Contact Chambre

Marion Viguier

Chargée de mission captages prioritaires

Tél : +33 4 68 11 39 66